EXPEDITION 7° CONTINENT – SEMINAIRE SCIENTIFIQUE

7 ème continent

SEMINAIRE PREPARATION DES TRAVAUX SCIENTIFIQUES.

PATRICK DEIXONNE SERA DU 7 AVRIL AU 11 AVRIL AUPRES DU POLE SCIENTIFIQUE CNES/ESA, CNRS & MERCATOR OCEAN

EN PREPARATION DE L’EXPEDITION 7° CONTINENT.

 

communiquedepresse.002

L ‘EXPLORATION D’UN CONTINENT… EN DECHETS PLASTIQUES.

Le même phénomène existe partout autour du globe. Cette pollution dont on connait peu les conséquences environnementales s’étend sur l’ensemble de la planète.

Apporter la preuve de l’existence de ces plaques de déchets et faire prendre conscience du comportement de nos sociétés de consommation.

 

LE BATEAU EXPEDITION 7° CONTINENT PARTIRA DE MARTINIQUE ENTRE LE 5 ET 25 MAI 2014 EN DIRECTION DE LA MER DES SARGASSES AU MILIEU DE L’ATLANTIQUE.

 

A son bord un équipage composé de scientifiques de l’ESA, du CNES, du CNRS Chimie/Biologie, et MERCATOR Océan.

Patrick DEIXONNE coordonne la manœuvre avec un skipper et d’un reporteur images.

 

INTERVIEWS & FOURNITURE DE CONTENUS AUDIOVISUEL SUR DEMANDE.

Gilles Broise – RevolutionR

gbroise@revolutionr.com

+33 609 464 388

#7° CONTINENT EN PLASTIQUE DANS NOS OCÉANS.

EMBARQUEZ AVEC NOUS CAMPAGNE DE DONS SUR : www.septiemecontinent.com

Faites tourner l’info autour de vous.

LE PROGRAMME SCIENTIFIQUE DES EXPEDITIONS 7° CONTINENT.

communiquedepresse.003

Le CNES (centre national d’études spatiales), le centre français d’analyse et de prévision océaniques MERCATOR OCEAN, et le CNRS accompagneront et contribueront au succès de l’expédition 7ème continent dans l’Atlantique Nord début mai 2014 :

–                    Optimisation de l’itinéraire pour trouver les meilleures zones de convergences des pollutions dans l’Atlantique Nord grâce aux simulations des courants océaniques dans le passé.

–                    Routage sur 15 à 20 jours et suivi par balise Argos (CLS)

–                    La pollution en surface n’est pas visible par les images satellites. Une tentative sera menée avec l’aide de l’agence Européenne de l’Espace (ESA) pour essayer de la déceler en analysant des images satellites radar à la pointe de la technologie.

–                    Caractérisation des zones océaniques traversées (macro-déchets, micro-déchets, présence de polluants organiques, métaux lourds…) au moyen de bouées, de capteurs, de relevés d’échantillons et de photos/vidéos.

–                    Analyses des polluants et des micro-plastiques prélevés, dans des laboratoires du CNRS.

–                    Analyse de la Biodiversité développée sur les déchets.

1- BOUEES DERIVANTES CNES MERCATOR

Objectif : améliorer la connaissance des courants de surface dans la zone.

Protocole : 3 bouées dérivantes du programme de suivi des océans Oceansites seront larguées sur le parcours et en particulier dans la zone du gyre.

2- BOUEE GYROPLASTIC : CNES

Objectif : caractériser les milieux que nous traverserons afin d’améliorer la détectabilité des zones de concentration de plastiques par les satellites.

Protocole : les paramètres environnementaux (température, luminosité, salinité, présence de phytoplancton et de plastique) des 30 premiers mètres de la colonne d’eau seront déterminés par les instruments de la bouée Gyroplastic. Cette bouée a été préparée par des élèves ingénieurs de l’ICAM de Toulouse dans le cadre d’ARGONAUTICA. La bouée sera mise à l’eau environ 1h par jour et les données collectées seront transmises directement au CNES via le système Argos.

3- MACRO-DECHETS

Objectif : quantifier et caractériser les macro-déchets rencontrés sur le parcours.

Protocole : les macro-déchets flottants que nous croiserons durant notre parcours seront caractérisés (taille, type, nombre, localisation) par les membres de l’équipage. Ces observations seront illustrées par des photos et des vidéos en surface et en plongée.

4- MICRO-PLASTIQUE ET PLANCTON – CNRS

Objectif : quantifier et caractériser le plancton, le micro plastique et les polluants présents dans les micro-plastiques tout au long du trajet.

Protocole : le micro-plastique et le plancton présents à la surface de l’eau seront échantillonnés avec un filet à plancton « Manta » petit modèle (50 cm x 20 cm d’embouchure et 300 micron de maille) qui sera mis à l’eau environ 1 heure chaque jour. Les échantillons seront analysés par le laboratoire des IMRCP de Toulouse ainsi que par certaines classes participant au projet.

5- POLLUTION DE L’EAU – CNRS

Comprendre le transport des polluants (organiques, métaux lourds…) par les plastiques.

Objectif : analyser les polluants présents dans les premiers mètres de la colonne d’eau à certains points du parcours.

Protocole : nous utiliserons les nouveaux capteurs de polluants du laboratoire des IMRCP de Toulouse (des organogels microporeux) qui ont la propriété de concentrer rapidement de grande quantité de polluants organiques (hydrocarbures, bis phénol A, phtalates…) et d’être facile d’utilisation. Ces capteurs seront mis à l’eau à trois points du parcours, dans des secteurs peu, moyennement et fortement pollués. Les polluants concentrés dans les capteurs seront analysés à notre retour par le laboratoire des IMRCP.

6- POLLUTION DE LA CHAINE ALIMENTAIRE – CNRS

Objectif : analyser les polluants présents dans les grands poissons pélagiques.

Protocole : dès que les conditions seront propices, nous trainerons une ligne de pêche. Lorsqu’un poisson sera capturé, nous utiliserons les capteurs du laboratoire des IMRCP pour concentrer les polluants présents dans la chaire du poisson. Les polluants seront analysés à notre retour par le laboratoire des IMRCP.

7- FAUNE MARINE – CNRS

Objectif : caractériser la grande faune marine rencontrée sur le parcours et en particulier dans le gyre.

Protocole : au lever et au coucher du soleil, lorsque les animaux sont les plus actifs, la biologiste du bord se postera en observation. Elle enregistrera et caractérisera (espèce, nombre, comportement, localisation) toutes les observations de grands animaux marins (oiseaux, mammifères marins, requins, tortues).

8- CARTOGRAPHIE DES ZONES POLLUEES – CNES / ESA

Objectif : Evaluer le potentiel des micro-ondes radar en bande.

Ce projet sera la première étude des débris marins (macro-déchets) en utilisant des systèmes radar. Si les résultats sont concluants, ces instruments seront envisagés pour surveiller les cinq gyres.

 

Gilles Broise – gbroise@revolutionr.com – +33 609 464 388

www.septiemecontinent.com

 

 

2014-03-21T12:31:39+00:00 21/03/2014|Communiqué de presse, Evènements, Santé|