L’OBSERVATOIRE B2V DES MÉMOIRES MET EN AVANT SA PLURIDISCIPLINARITE

L’OBSERVATOIRE B2V DES MÉMOIRES MET EN AVANT SA PLURIDISCIPLINARITE

Logo Observatoire B2V des mémoires

LA MÉMOIRE SOUS TOUTES SES FORMES :

L’OBSERVATOIRE B2V DES MÉMOIRES MET EN AVANT SA PLURIDISCIPLINARITE AU PROFIT DU GRAND PUBLIC ET DONNE LA PAROLE AUX ACTEURS DE LA MÉMOIRE

C’est « la pluralité de la mémoire » qui caractérise l’individu : la mémoire a long terme, la mémoire à court terme, la mémoire épisodique, la mémoire sémantique, la mémoire procédurale, la mémoire de travail et même les « fausses mémoires » (dues à l’imagination, la généralisation ou encore l’implantation d’informations erronées).
Le Pr. JAFFARD explique que « l’hippocampe est la structure clé qui supporte notre mémoire ».

Des atteintes sur l’Homme affectent surtout la mémoire des souvenirs et épargnent l’acquisition et la conservation des savoir-faire.
On constate notamment ce phénomène chez un cas où le patient a tout oublié de son passé : son propre nom, son épouse, ses enfants et son travail. « Ces amnésies se traduisent par une perte soudaine de l’identité personnelle. Elles atteignent massivement la mémoire dite « autobiographique », celle  des souvenirs personnels » a précisé le Pr. Eustache – Président du Conseil Scientifique de l’Observatoire B2V des Mémoires.

Comment peut-on préserver les mémoires ?
Les travaux des chercheurs montrent que le déclin cognitif se déclenche 17 ans (en moyenne) avant le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Des études révèlent que les personnes ayant un haut niveau d’études ont davantage de matière grise au niveau du cerveau et un risque moindre de déclencher la maladie. D’autres travaux sur les seniors indiquent que s’adonner à  des loisirs stimulants (lecture, musées, jeux de société, mots croisés) réduit le déclin intellectuel et le risque d’Alzheimer ; et ce d’autant plus si ces activités sont pratiquées fréquemment et depuis longtemps.
Le Pr. AMIEVA – membre de l’Observatoire B2V des Mémoires – a également évoqué trois autres éléments qui aident à mieux vieillir sur le plan cérébral : une activité sportive régulière, une alimentation correcte privilégiant certains aliments (ex : régime méditerranéen) et la qualité des relations sociales. Alors que par exemple, la surcharge de travail montre un caractère néfaste sur le fonctionnement de la mémoire.

Le numérique peut-il permettre de conserver la mémoire ?

La révolution numérique repose sur des dispositifs de stockage d’informations de plus en plus performants qui peuvent être considérés comme des supports externes de nos propres mémoires. Pour Jean-Gabriel GANASCIA – membre de l’Observatoire B2V des Mémoires – parler directement de « mémoires » numériques ou artificielles est un abus de langage. En effet, même si des recherches sont actuellement menées en ce sens,  ces dispositifs de stockage ne permettent pas encore de reproduire certaines fonctions essentielles de la mémoire humaine : réminiscence, reconnaissance, imagination…
L’enjeu actuel est de réussir à mieux organiser et tirer parti de toutes ces données. Quant à savoir si cette masse d’informations à portée de clic appauvrit nos propres mémoires : le débat reste ouvert !

Programme de Jeudi 18 septembre : La Journée des scolaires

Plus de 250 élèves de Basse-Normandie vont venir tester tout au long de la journée des ateliers ludiques et pédagogiques permettant d’expliquer la mémoire et son fonctionnement donc notamment une maquette d’IRM grandeur nature ainsi qu’un logiciel d’explication de la mémorisation de consignes chez le rat.
Cette journée se clôturera par un Championnat de la Mémoire intergénérationnel suivant le projet « Un grand parent, un parent, mon prof et moi », organisé par l’Observatoire B2V des Mémoires.

cp_semainememoire26081.003

A TELECHARGER :

 LE DOSSIER DE PRESSE

 LE PROGRAMME & L’AFFICHE

Plus d’informations :
www.semainedelamemoire.fr

Nous sommes à votre disposition pour toute information complémentaire, demande d’interview et reportage sur place.

CONTACT – REVOLUTIONR
Alexandra ZULIAN sante@revolutionr.com
+33 (0)1 47 10 08 40 / +33 (0)7 81 34 16 37
www.revolutionr.com

2014-09-18T16:29:54+00:00 18/09/2014|Communiqué de presse, Santé|