VALMOREL – LES VALLÉES D’AIGUEBLANCHE (Tarentaise, Savoie) :

La Station-pilote de la montagne de demain

L’avenir se joue maintenant !

Saisissant l’enjeu de la rénovation des stations de montagne par les cornes, Valmorel a réuni 33 experts – à l’occasion de la Rentrée des Neiges du 15 au 18 décembre – pour évoquer des sujets comme les innovations en matière de préparation des pistes, l’architecture intérieure et la décoration d’ambiance chalet, l’éco-construction et les consommations énergétiques ou encore les parcours ludiques. Le tout accompagné d’une mise en perspective sur les nouvelles technologies avec, une réflexion sur l’évolution des clientèles, la fidélisation digitale ou les modes actuels de consommation de loisirs et de séjours, via une analyse de success story tels queAirbnb, Booking et consorts.

“Valmorel 3, c’est la suite de Valmorel 1 – station de 4ème génération avec des constructions appartenant à des propriétaires loueurs ou non loueurs : le propriétaire loueur “détient 20 % du capital” de “l’entreprise” Valmorel – et Valmorel 2 – avecl’arrivée du Club Med qui fête sa 5ème saison d’ouverture, en lequel la station a trouvé un partenaire source de redynamisation : l’arrivée de 1200 lits de bonne facture a donné un joli souffle qu’il s’agissait de renforcer encore ; Il a permis, ainsi qu’un gros travail entrepris par l’office de tourisme, le repositionnement de la station dans le top 10 des stations de montagne. Valmorel 3 signe une nouvelle ère.” Déclare Robert Vorger – ancien Maire de Valmorel.

Se positionnant clairement en station-pilote, la belle de Tarentaise lance ainsi de manière officielle sa démarche “Valmorel 3.0” dont l’objectif est de prendre un virage radical vers une rénovation globale à horizon 2020-2040. Une démarche qui s’inscrit dans un mode de fonctionnement très moderne, ouvert et participatif. Une vraie vision qui se veut réponse au changement climatique et aux évolutions de la clientèle. Les conférences, gratuites, étaient d’ailleurs ouvertes aux professionnels du tourisme comme au grand public.

Claudine, originaire de Bourgogne et propriétaire d’une résidence secondaire, s’en réjouit : “L’avenir de la station nous intéresse. Le discours de Monsieur le Maire nous a touchés : “Chaque propriétaire de mètre carré est un actionnaire”. Et c’est vrai, nous portons une responsabilité, nous sommes les premiers ambassadeurs des lieux ! Nous avons connu beaucoup de beaux endroits mais nous avons eu le coup de cœur pour Valmorel pour sa nature et son architecture : à nous de préserver son environnement au sens large. Notre syndic étant tenu par un architecte, nous avons d’ailleurs déjà entamé une démarche de réhabilitation, allant dans le sens des économies d’énergie mais aussi de l’embellissement et de l’amélioration du confort. J’ai assisté à toutes les conférences de la Rentrée des Neiges. C’était vivant, très instructif. Ce n’est pas du temps perdu, du tout !”

Et l’idée de Valmorel est bien de ré-inventer la station de montagne de demain avec l’ensemble de ses acteurs. Sur un mode prospectif et créatif (et non en se basant sur des solutions ou des modèles tout faits), encouragé par ces conférences présentant des points de vue aux horizons différents. Un bouillon de cultures diverses, d’idées neuves. Passionnant et rafraîchissant !

Un modèle à suivre pour les stations de montagne ?

Pour accéder aux détails des différentes conférences, vous pouvez cliquer ICI

– La Rénovation énergétique – Clé de la loi de transition énergétique

Jérôme d’Assigny, directeur régional adjoint de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), évoque la rénovation énergétique des logements. “C’est l’un des outils de la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Nous avons travaillé avec le groupe Samse, entre autre, pour proposer des solutions pour la maîtrise des consommations. Le bâtiment est le secteur le plus énergivore. Il consomme 44 % de toute l’énergie que nous consommons, devant les transports (à 32 %). Le bâtiment arrive au 3e rang des émissions de gaz à effet de serre en France. Si on souhaite avoir un impact sur la consommation énergétique, c’est donc sur le bâtiment qu’il faut agir en priorité. L’isolation des logements est une priorité. Une isolation la plus efficace possible, associée à des appareils de chauffage adaptés, c’est ce couple-là qui fait la performance. Les motivations d’une rénovation sont multiples. Outre l’économie financière et énergétique, on rénove aussi parce qu’on prend soin de son patrimoine. Cette valorisation est un enjeu important. Selon l’Association des notaires, on vend avec un prix de vente meilleur de 14 à 27 % supplémentaires avec un logement classé A ou A+. Enfin, il ne faut pas oublier les effets rebonds de cette valorisation du patrimoine. Les économies qu’on réalise rendent d’autres investissements possibles.”

Vous pouvez accéder au compte rendu global en bas de ce mail.

– Tendances tourisme –

Des outils modernes pour l’aménagement des stations

L’association des maires de stations s’est rapprochée de l’opérateur téléphonique Orange pour un enjeu touristique d’envergure, celui qui consiste à mesurer les flux. Président du groupe de travail “Observatoire national des stations de montagne” au sein de l’ANMSM, Xavier Roseren questionne : “Qui sont-ils, ces touristes qui nous rendent visite, où vont-ils sur le domaine ? Flux Vision Montagne, imaginé par l’opérateur, fait partie de ces nouveaux outils très pointus qui permettent de mieux aménager les stations. C’est une mine d’information, une aide à la décision pour les investissements. Nous sommes à l’ère du big data, avec des informations en temps réel sur ce qui peut se passer dans nos stations.” Le groupe de travail, très satisfait du travail effectué sur les opérations pilotes des 2 Alpes et des Arcs, se réjouit qu’une dizaine des stations de montagne ait déjà compris l’atout que ce programme peut représenter.

Des stations “plus, plus, plus !”

Gilles Crane est président de la commission Innovation du Cluster Montagne, qui réunit 181 acteurs (sur 350) de l’aménagement de la montagne en France. Il résume ainsi son intervention de la Rentrée des Neiges : “L’innovation n’est pas quelque chose qu’on a inventé, bien sûr ! Tous les montagnards ont toujours eu cela dans les gênes, les aménageurs, les constructeurs de remontées mécaniques. La mission du Cluster montagne, c’est de stimuler cette innovation, de l’inviter à prendre sa part dans les enjeux sur la montagne de demain. Pour une montagne plus sûre, plus concertée et durable, avec la diversification des propositions (VTT, montagne détente, spa, etc.), la diminution de l’impact environnemental de l’activité d’une station. Pour une montagne plus interactive et performante, nous devons œuvrer dans le sens de la randonnée connectée, du marketing digital (pour les OT), le potentiel des objets connectés, l’utilisation estivale des remontées historiquement installées pour l’hiver. Pour une montagne plus ludique et accessible, on peut travailler dans le sens de la scénarisation des pistes, la modernisation des espaces d’accueil, des espaces malins…”

La station idéale existe-t-elle ?

“Elle existe, oui… dans l’imaginaire des clients !” répond Jean-Marc Silva. Le directeur de France Montagne se réjouit d’ailleurs que, pour la majorité des clients internationaux, les stations de France représentent cet idéal. “Nous avons repris le leadership mondial mais nous sommes quand même en baisse. Les États-Unis sont deuxièmes, en baisse aussi. L’Autriche, troisième, est elle en progression.” Côté clientèle française, là aussi, les montagnes hexagonales ont la côte. “Avec la crise, les Français redécouvrent leurs stations de montagne de proximité. Avec Internet, aujourd’hui, tout le monde a sa chance. Il faut la saisir. La diversité d’une offre de qualité en terme d’hébergement est l’une des clés de la réussite.” Pour le directeur de France Montagne, la scénarisation des domaines skiables français reste un passage obligé. “Nous étions dans le sport, nous sommes dans le plaisir. Les vacances à la montagne sont des vacances de partage. On y enrichit les souvenirs partagés avec la famille, les amis. Nous avions jusqu’à présent un complexe sur l’après-ski, en France, mais nous corrigeons le tir. On trouve aujourd’hui des espaces aqualudiques, des dancefloors à ciel ouvert, avec le concept de la Folie Douce…” Autant d’éléments qui composent des séjours réussis.