Bernard Laporte : Victoire de la démocratie dans le rugby

Victoire de la démocratie dans le rugby, pour Bernard Laporte : « Le choix des présidents de club lors de cette 139eme Assemblée générale extraordinaire de la FFR renforce ma volonté de me battre pour eux Je veux reformer avec eux ce système à bout de souffle. »

Samedi, 5 décembre, la 139ème Assemblée Générale Extraordinaire de la FFR, qui s’est tenue à Marcoussis. 964 clubs étaient présents ou représentés. Leurs présidents ont choisi de réaffirmer la nécessité d’un vote décentralisé pour l’élection du Comité Directeur de la FFR et de voter contre la principale modification que souhaitait Camou : l’instauration d’un vote électronique centralisé pour les élections fédérales de 2017.

Le vote décentralisé permet aux représentants mandatés par les clubs de voter sans se rendre physiquement à la FFR, ce qui évite un déplacement financièrement compliqué pour beaucoup de clubs qui ne peuvent actuellement pas voter !

Pour Bernard Laporte, ce samedi 5 décembre, la campagne est lancée :

« Aujourd’hui, nous avons gagné une bataille mais pas la guerre.

Je remercie les dizaines de clubs qui se sont mobilisés sur leurs propres moyens, leur propre temps pour venir jusqu’à Paris défendre leur voix dans le Rugby.

Le résultat de ce vote, c’est d’abord l’affirmation haut et fort de l’état d’esprit des bénévoles, le résultat de leur détermination à s’impliquer dans le destin de notre sport. Ils sont les joyaux du Rugby.

Le choix des présidents de club renforce ma volonté de me battre pour leur cause. Je veux reformer avec eux ce système à bout de souffle.

C’est un grand jour pour la Démocratie dans notre Fédération.

Primo, le votre décentralisé n’a pas été enterré. Deuzio, il y a un deuxième candidat à la présidence de la FFR : Pierre CAMOU.

Je remercie Pierre qui a dû se parjurer en se présentant alors qu’il avait juré les grands dieux qu’il ne ferait pas un autre mandat.

Je pense qu’il l’a fait pour défendre la démocratie en ne me laissant pas à la tête d’une liste unique.
A voir la tête de certains de ses proches qui pensaient leur heure arrivée, je mesure le sacrifice qu’il a dû faire. J’espère qu’il ne va pas se fâcher avec ses dauphins qui devront attendre encore un peu.

J’ai entendu dire que dans son programme il voulait mener à bien le Grand Stade. On pourrait s’inquiéter tant ce projet est dangereux pour notre Rugby. Si on se rappelle qu’il tenait tout autant au vote décentralisé et qu’il en est devenu le premier fossoyeur, on peut être rassuré.

En tous les cas la campagne est lancée, on a gagné une bataille et j e remercie les clubs qui se sont mobilisés pour défendre la Démocratie. Et pour paraphraser Jean Pierre-Raffarin « la route est longue, la pente est forte » et je rajouterai que la DDE va nous mélanger les panneaux. »

Bernard LAPORTE